5 questions essentielles à 5 compétiteurs.

Bonjour à tous

Je voulais avoir le retour de pilotes compétiteurs sur diverses questions.

Je me suis donc permis d’envoyer mes 5 questions à  5 pilotes d’horizon bien différent pour voir, analyser, comprendre et comparer expériences.

Vraiment merci à eux, qui ont répondu  et qui ont joué le jeu. 

Je vous laisse donc analyser les retours de ces 5 pilotes qui ont répondu avec enthousiasme .

Je leurs souhaite bonne chance pour la suite et encore une fois merci à eux.

Damien 

Identité des 5 pilotes:

Nom: MAYET
Prénom: Mathieu
Age: 35 ans
Lieu d’habitation: Morbihan Sud
Nombres d’années de vols: 22 12194388_10153665787502052_347131482_o
Palmarès Team: Champion de France 2009/2011, Vice-Champion du monde 2010, 2012
Palmarès Individuel: Champion d’Europe 2015, Champion de France 2015/2002/2001,                                      Vice-Champion d’Europe 2001, 1er Overall Wildwood 2003, 1er Tokyo Japan Cup 2002,
Palmarès Freestyle:Vice-Champion de France 2015, 4 ème Europale Cup Stella 2011, 2ème Europale Cup Stella 2009, 4ème Freestyle World Cup 2005, 1er à l’Euro Tricks Contest 2001

—————————————————————————————————————————————–

Nom: Lahyani12063626_10205601065410102_7126204779408654286_n

Prénom: Julien

Age: 20 ans

Lieu d’habitation: Orsay

Nombres d’années de vols: 7 ans de vol

Palmarès: Vice champion de France 2015 3ème coupe d’Europe 2015 Champion de France 2013/2014 Champion d’Europe 2013

—————————————————————————————————————————————–

Nom : Martinet1397972_10152604184570750_2690450628818941157_o

Prénom: Valentin

Age: 19 ans

Lieu d’habitation: Douchy les mines (Nord) 

Nombres d’années de vols: 17ans

3ième au Battle Freestyle 2013(Format Tricks Constest)-3ieme au Battle Freestyle 2014 (Format Tricks Constest) -Champion d’Europe 2014-2015 (Format Freestyle) -3ième à l’Europal Cup 2014(Format Tricks) -3ième à la Coupe de France 2015 (Format Freestyle) -3ieme à l’europal cup 2015

—————————————————————————————————————————-

Nom: Duhamel

Prénom: François12202511_1508490776130328_74450487_n

Age: 20 ans

Lieu d’habitation: Vannes

Nombres d’années de vols: licencié depuis 9 ans

Palmarès: vice champion de France 2013, 4 ème au championnat de France 2015 et coupe d Europe

—————————————————————————————————————————-

Nom: Fiers12063891_10153670714356774_1386453383414518488_n

Prénom: Stephan

Age: 32 ans

Lieu d’habitation: Bredene (BE)

Nombres d’années de vols: 6ans

Palmarès: vice-champion de Belgique 2015, troisième place championnats de Belgique en 2014, 2013, 2012

—————————————————————————————————————————–

 

1: Pourquoi être venue à la compétition ?

Mathieu:Durant le festival du Cap d’Agde en 96, je suis tombé sur une manche de Championnat de France, alors que j’étais juste
en vacances dans le coin.
En arrivant sur la plage, j’étais comme un fou, je pouvais admirer le pilotage des gars de haut niveau, ceux que j’avais
pour le moment uniquement vu sur des magazines…
J’ai pris une sacrée claque ! Je ne savais pas qu’un tel niveau était humainement possible en Cerf-Volant. Les noms que
j’entendais à chaque démo me sont encore gravés dans la mémoire : Cardon, Classe, Duboc, Spitters, Lsurger,
Speedy…
En rentrant sur mon home spot dans le 63 (le Plateau de Gergovie), j’ai de suite décidé de m’impliquer à 100% dans le
pilotage, j’ai reluqué le CV idéal, c’était l’Eclipse de chez Prism.
Quand j’ai commencé à me débrouiller un peu avec, je suis allé voir le club local en leur disant : « Bon, elle est où et
quand la prochaine compète ?». Et je faisais ma première régionale en 97 sur le Plateau de Gergovie. Il y avait 2 piliers
ce jour, venus nous montrer un peu le niveau : Axel Prévost et Pascal Lsurger. J’ai bien vu que ces gars là étaient bien
plus balaises que moi, mais je ne me suis pas dégonflé, je me suis mis en tête de tout faire pour arriver à leur niveau.
J’ai donc continué à m’entraîner inlassablement, tous les mercredis, tous les samedis et tous les dimanches. Sous la
pluie, sous la neige, la grêle, dans la tempête, dans la pétole, et par toutes les orientations de vent.
Puis 1 an après, je faisais ma seconde régionale (en 98 donc) et je gagnais ma 1ère coupe régionale devant Patrick
Sommelet, un autre pilier de l’époque.
J’étais à présent qualifié pour mon 1er Championnat de France !

Julien:Principalement pour progresser mais aussi car j’aime bien la compétition en général.

Valentin:Je suis arrivé sur le monde de la compétition grâce à mon père (Benoit Martinet) , lui même ancien compétiteur .J’ai donc dès mon plus jeune age baigné dans ce monde .

François: Se mesurer aux autres pilotes et progresser.

Stephan: J’ai découvert le CV en visitant les festivals de Lünen (All) et Vercorin (Suisse). 6 ans plus tard j’ai acheté mon premier cerf-volant et ensuite, tou allait très vite. J’ai rencontré les pilotes de Tricksparty Belgique, ils m’ont beaucoup aide et après 2 ans de vol, j’ai participé à ma première compétition.

J’ai toujours pratiqué des sports en compétition, mais c’est surtout l’esprit amical qui me pla^t. C’est toujours très amusant de travailler son ballet, choisir sa musique et de regarder les spectacles des autres pilotes.

 

2: Tu vols toujours avec le même cerf-volant et pourquoi ?

Mathieu: J’ai toujours utilisé le même appareil pendant plusieurs années pour différentes raisons.
D’abord pour faire comme les bons, je ne me rappelle pas avoir vu des bons pilotes changer souvent de modèle.
Ensuite, c’est aussi une question de budget, si on change d’appareil, il faut s’équiper avec un Ul, un Std et un Ventilé voir
deux, sans compter que le fait de changer revient un peu à devoir repartir de zéro, se taper le rodage quoi !
Enfin, quand j’ai un appareil qui me plaît dans les mains, je veux d’abord en faire le tour pour en changer, afin qu’il ait
servi à quelque chose de vraiment utile à ma progression.
Ainsi, (si on enlève les appareils secondaires), il reste l’Eclipse de 96 à 97, l’Excess de 98 à 2000, le Masque de 2001 à
2003, le Transfer XTS de 2004 à 2006, puis à nouveau le Masque en 2007.
Bon là, j’étais un peu perdu, j’avais fait le reboot « case départ », je ne voyais plus trop quoi faire de mes 10 doigts.
Heureusement j’ai rencontré Yasu Numata (pilier mondial du vol en team) et j’ai pu à nouveau me trouver un nouveau
but en individuel vers 2011, lors de la sortie du Slash !
A ce moment là, j’ai décidé de créer ma façon de voler, privilégier la propreté, la lisibilité, la précision et la vitesse, ne
plus perdre de temps avec le freestyle à outrance et aller droit au but, voler, carver, spiker !

Julien: Je ne vol pas toujours avec le même cerf volant, j’aime bien de temps en temps prendre mon pied avec des machines un peu plus bruyantes…

Valentin:  Il est vrai que je vole toujours avec mon shooter , tout simplement car c’est un cerf volant que j’apprécie énormément .Il demande beaucoup de touché , et d’heures de vol pour obtenir le meilleur de lui même . Mes gestes , mes impulsions sont réglés pour le shooter ,c’est donc pour cela que je vole tout le temps avec lui.

François: pour le connaître au maximum et avoir toujours la même gestuelle.

Stephan: Pendant 2 ans, j’ai volé les cv de Benson (Superfly et Superfly UL). J’ai senti qu’il me fallait autre chose pour progresser au plan technique et au festival de Bray-Dunes en 2014, j’ai volé un Shooter de R-Sky. Ensuite, j’ai découvert le N3E qui me permettait de voler comme je veux et de progresser. Je pense que le N3E sera mon cerf-volant pour un bon moment:)

3: Qu’elle est ta fréquence d’entraînement ?

Mathieu:  Lors de mes années de dépucelage, (comme dit plus haut), je volais dès que je pouvais, il m’arrivait même de ne pas
manger le midi à la cantine pour aller m’entraîner entre les heures de cours.
Maintenant, j’essaie d’avoir un regard critique quand je vole, je ne cherche plus le niveau de pilotage uniquement,
j’essaie de réfléchir à ce que je veux faire pour ne pas en arriver à l’écœurement.
Je divise donc ma saison en 2 phases qui s’alternent de l’une à l’autre:
_ la phase réflexion, je vole très peu et pratique d’autres activités, j’écoute de la musique afin de trouver des nouveaux
rythmes de vol, de nouvelles idées géométriques.
_ la phase travail, elle arrive en général 1 mois avant un festival ou une compétition, c’est là où j’essaie de retrouver le
niveau et de m’améliorer, je me remets donc en mode « acharné » et je profite des conditions météo du moment sans
trop chercher le bon vent. Une fois le festival ou la compétition terminée, je ne vole plus.

Julien: Pas autant que je voudrais. En fait je ne vol pratiquement jamais pendant les périodes de cours, le plus souvent, je m’entraîne pendant les festivals où quand je suis en vacances.

Valentin: Je n’est pas vraiment de fréquence d’entrainement , j’essaye de voler quand j’ai le temps … Mais avec les études ça devient de plus en plus dur.

François: je vole une fois voir deux fois par semaine et quand les compétitions approche tous les jours.

Stephan: J’essaie de voler 1 ou 2 fois par semaine, tout depend des conditions de vent bien sur. L’avantage que j’ai, c’est que j’habite à 1 km de la plage, donc dès que la météo me le permet, je peux voler.

 

4: Tes projets pour la suite ?

Mathieu:  A peu près comme tous les ans, chercher de nouvelles idées, de nouvelles chorégraphies, améliorer l’appareil que
j’utilise.
Ensuite, un nouveau projet Team pourrait voir le jour, mais il est encore trop tôt pour en parler.

Julien: Écrire un nouveau ballet et continuer à faire le con avec Labotte.

Valentin: Je viens d’être sélectionné pour la seconde années au sein de l’équipe de France , on va donc pouvoir peaufiner notre ballet , nos kites afin que tout soit parfais pour cette saison .C’est assez excitant d’étre dans cette équipe de pouvoir représenter la France , et de pouvoir partager de bon moment avec les autres membres . Niveau compétition ça va être un peu dur cette année , car pendant la saison je serais en stage en Irlande pour les études.. Je ne pense donc pas être présent sur les festivals entre le 4 avril au 20 juin .

François: continué avec l équipe de France mais d autre projets sont en cours de créations ..

Stephan: Cet hiver je voudrais bien fabriquer quelques cerf-volants monofils. Pour le cv pilotable en 2016, j’ai déjà bloqué les dates des competitions de Zeebrugge (BE), Bray Dunes (FR), Narbonne (FR). Bien sur, j’espere retourner au festival de Valencia (ESP), Den Helder (NL). Nous ferons aussi des demonstrations aux festivals d’Anvers (BE). Des demonstrations, c’est très important pour partager notre passion. 

5: Pense-tu que l’on devrait améliorer l’image du cerf-volant acrobatique en général (pourquoi et comment) ?

Mathieu: Nous sommes tous responsables de la transmission des connaissances, donner envie à de nouveaux adeptes de venir
nous rejoindre et de voler avec nous. Il existe des tas de moyens, pédagogie, démonstrations, médias, etc…
L’image du cerf-volant est très forte, simplement, le monde du hobby est en sérieuse crise depuis l’arrivée de la haute
technologie. Les gens ont oublié que le fait de faire des activités extérieures pendant leur temps libre, leur ait bien plus
bénéfique que celui de passer du temps devant des écrans à consommer.
Tous les gens que je connais dans le milieu font leur maximum pour l’image du cerf-volant, il est donc difficile de faire
mieux, selon moi.

 Julien: Il faut toujours chercher à améliorer l’image du cerf volant car c’est comme ça que l’on continuera d’avoir des superbes festivals et mieux encore. Je n’est pas vraiment de solution pour améliorer l’image du cerf volant mais je sais que lorsque j’ai commencé, j’aurai aimé avoir une structure pour pouvoir progresser plus facilement, j’image que pas mal de jeunes abandonne par manque d’acharnement.

Valentin: L’image du cerf volant doit faire peau neuve dans les prochaines années , si l’on souhaite que la discipline continu d’exister dans les années à venir , le cerf volant doit devenir quelque chose de classe , de beau , un peu comme le kite surf , si l’on arrive à faire cela la discipline sera selon moi sauvé.

François:  je pense que le cerf-volant évolue d année en année avec les compétitions freestyles Nicolas Lormeau et Steff fermé font tous pour développer l image du cerf volant acrobatique.

Stephan: Oui, j’en suis convaincu. Le cv accrobatique, c’est un petit sport, il faut le dire. Pour la faire grandir, il faut areter les disputes sur les forums, pendant les competitions, pendant les festivals…pour l’image du sport, c’est mortel.

Imagine qu’il y a des persones qui veulent commencer le cv, ils vont voir les forums et ils lisent ces disputes, ces prises de tête, ces coups de gueule…ça ne motive pas du tout à continuer. Au contraire, ça ca tuer notre sport.

Il faut surtout être très accessible pour le public lors des festivals, lors des demonstrations et les competitions. Tout en respectant les règles de sécurité aussi (pour pilotes et spectateurs) on peut faire de très belles choses pour notre sport et notre passion!

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *