Conseil sur la photographie aérienne par cerf-volant pour débutant.

La photographie aérienne par cerf-volant combine l’activité de la photographie avec un moyen qui est le cerf-volant, il convient donc de doubler son attention.

Tout d’abord au niveau du cerf-volant.

Je vais sûrement multiplier les banalités et empiler deltat 3.50Mdes conseils qui paraissent évidents mais il vaut mieux être certain de ce que l’on fait.

Le matériel employé doit être de bonne qualité et très sûr (je veux dire par là que l’on l’a déjà testé), il doit être adapté aux conditions de vent (un cerf-volant trop grand va trop tracter et un trop petit ne va pas soulever notre appareil photo). Le cerf-volant doit être stable dans des conditions simples (vent sans turbulences ni thermiques). Il faut avoir une longueur de ligne suffisante et ne jamais tout dérouler (des fois il parait utile d’avoir de la réserve de ligne au cas ou il faille lâcher beaucoup de ligne). Cette ligne doit aussi avoir une résistance bien supérieure à la traction que le cerf volant produit en règle générale (on n’est pas à l’abri d’une rafale de vent sournoise). Pour l’enrouleur il vaut mieux se familiariser avec avant de faire de la photographie, voir si l’on le déroule facilement si on peut reprendre de la ligne.

NACELLE 3DUne fois que l’on a le ou les cerf-volants, la ligne et l’enrouleur il faut faire le lien avec l’appareil photo c’est-à-dire la nacelle.

Il faut une nacelle que l’on maitrise au sol, c’est-à-dire que l’on puisse l’attacher et la détacher facilement, si on choisi une nacelle motorisée il faut s’assurer que tout est bien en marche car une fois là-haut ça peut secouer. Et surtout il faut une ligne de vie afin de s’assurer de ne pas avoir de mauvaise surprise.

Et pour finir l’appareil photo.PowerShot_S100

Il faut choisir un appareil que l’on connaît et que l’on maitrise (je ne ferai pas l’affront de faire un rappel sur la batterie et la carte mémoire) et une ligne qui vient assurer la nacelle et l’appareil photo. L’appareil photo ne doit pas être trop lourd car sinon ça devient rock’n’roll de piloter l’ensemble.

interdictionMaintenant que l’on a testé son matériel il convient de faire un rappel sur les zones à éviter (là aussi ça peut paraitre une banalité mais ça va mieux en le disant). Il est interdit de survoler des zones comme les aéroports, les centrales électriques, les autoroutes, les lignes de chemin de fer, les zones militaires… Pour les petits malins qui pensent pouvoir espionner via la photographie par cerf-volant, il faut savoir qu’à partir du moment où votre cerf-volant est en l’air tout le monde sait où vous êtes donc il faut oublier les actions malveillantes et interdites… il faut aussi éviter les zones boisées les zones urbaines (souvent interdites de survol).

Bien entendu il faut éviter les jours d’orage ou de forte pluie et aussi les jours de gros vent. Si la météo dit qu’il ne fait pas bon de sortir n’allez pas tenter le diable, vous risquez au mieux de casser votre cerf-volant et/ou votre appareil photo au pire de devoir faire une déclaration à votre assurance pour tous les dégâts causés (il vaut mieux vérifier que vous êtes bien assuré).

J’espère avoir brossé tout les aspects de cette pratique au combien relaxante et agréable mais si votre voix intérieure vous dit de ne pas aller voler un jour, il vaut mieux l’écouter et attendre de voler dans des conditions plus clémentes. Il faut savoir qu’il y a une phase critique et délicate qui débute du décollage jusqu’à l’atterrissage.

Merci Alban « Garder le KAP »

L’équipe d’Addict Kite.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :