Faire ses premiers pas dans le monde du cerf-volant acrobatique

Comment bien choisir son cerf-volant pilotable 2 lignes et ses accessoires

Lorsque l’on aborde pour la première fois le monde du cerf-volant pilotable, choisir un bon modèle n’est pas toujours chose facile. Les modèles les plus communs se composent d’une structure généralement faite de barres de carbone cylindriques ou coniques et les différentes caractéristiques mécaniques ne sont sensibles qu’à partir d’un certain degré de compétences. Il sera donc préférable pour les débutants de sélectionner des modèles dont les composants sont peu onéreux et facilement disponibles.

Avatar l’Atelier

La voile:  elle est un élément essentiel du cerf-volant et les plus appropriées en matière de résistance à l’usure sont celles en tissu Nylon ou en Polyester. Ce dernier a une meilleure tenue dans le temps, surtout en ce qui concerne les couleurs exposées à la lumière. Le tissu Polyester du type 30D Rispstop Polyester, communément appelé Icarex PC31 (31gr/m2), possède un revêtement PU double face résistant à l’usure et à la traction (étirement extrêmement bas), une bonne étanchéité à l’air et absorbe très bien les chocs. Il est hydrofuge et dispose également d’une excellente résistance aux UV.

Le bridage : c’est un des composants des cerfs-volants qui a le plus évolué. Aujourd’hui, il existe en turbo, turbo croisé, etc qui offrent de nombreuses possibilités de réglages que n’ont pas les bridages plus classiques, dits à trois points. Ce dernier propose seulement le réglage du calage (incidence) de la voile, ce qui est largement suffisant. Cela permet de régler l’angle du CV par rapport au vent et à sa force.

L’envergure : il y a tout intérêt à débuter avec un modèle présentant un rapport poids/surface faible, ce que l’on appelle la charge alaire. Ceci implique de choisir un cerf-volant de grande envergure (c’est-à-dire entre 220 cm et 250 cm) plus approprié en matière de vitesse de déplacement, ce qui permet un meilleur contrôle dans des conditions de vent moyennes.

Les lignes : le matériaux le plus utilisé pour leur fabrication est le Polyamide (plus connu sous le terme de Nylon). Il est très peu cher, relativement lourd et peu résistant. Le Polyester, plus résistant et plus léger, s’allonge moins que le précédent et est également peu onéreux. Le Polyéthylène Dyneema® est la marque européenne du Polyéthylène haut module (Spectra® aux USA). Cette fibre résistante et légère présente l’avantage d’être très glissante et peu sensible à l’étirement.

Résistance à la rupture : pour un delta de 200 cm à 250 cm d’envergure, choisissez des lignes de 70 kg qui s’accommoderont de presque toutes les conditions de force de vent.

Longueur : des longueurs de lignes comprises entre 35 à 40 mètres sont idéales pour le vol loisir.

Les plaquettes : c’est le mode de rangement des lignes le plus pratique et aussi le moins encombrant. Enroulées en « 8 », les lignes ne vrilleront pas.

Le vol : volez dans de bonnes conditions! Le vent doit être stable, sans perturbations ni bourrasques (par exemple dans un champ ou idéalement en bord de mer). Tout obstacle (comme les arbres, les pylônes électriques ou les bâtiments) perturbe la circulation de l’air, ce qui aura pour conséquence de rendre le vol ainsi que le contrôle du cerf-volant difficile. La plage de vent idéale pour évoluer dans de bonnes conditions se situe entre 3-4 Bf (19 à 25 km/h).

Le décollage : pour décoller, l’idéal est d’être aidé d’une personne (grouillot) ou d’employer un outil de type piquet de tente.

L’atterrissage : la meilleure méthode pour faire atterrir son cerf-volant consiste à amener ce dernier à l’extrême droite ou gauche de la fenêtre de vol, ce qui réduit considérablement la pression du vent dans la voile.

Le cerf-volant est une activité (sportive) qui s’apprend rapidement en général mais comme tout apprentissage, cela demande méthode et rigueur. N’hésitez pas à vous diriger vers des clubs et écoles d’initiation au pilotage ou plus simplement d’aller au devant d’autres cerfs-volistes présents sur les spots de vol. Cela vous permettra d’une part de savoir quel cerf-volant est le mieux adapté à vos désirs et d’autre part, d’acquérir les bons gestes.

Bon vol à toutes et à tous !

Didier Mochee

pour Addict Kite le Mag

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :