Michel Gressier, Artiste, Plasticien du Vent.

Michel Gressier Peintre. Plasticien du Vent.314100_100164040116081_1294837208_n

Adolescent passionné d’Arts Plastiques, je m’investissais dans un atelier de peintures et sculptures à Chambéry, sous la direction de Jacques De Thiersant.

Ma démarche créatrice incluait la réalisation de grandes bâches peintes. Traces, constats de transposition, synthétisation d’éléments naturels (alpages, strates géologiques, …) et la réinstallation dans le milieu naturel, pour constats photographiques, ensuite présentés après re-travail en intérieur pour exposition.
Je subissais les éléments et le vent devenait rapidement le déterminateur principal du caractère éphémère de mes présentations.

Plutôt que subir, j’ai voulu exploiter le vent pour réaliser des monstrations et accrocher pour exemple un carré de verdure sous le blanc des cumulus ou un morceau de falaise au bleu du ciel.

J’ai commencé par faire voler mes châssis de peinture.

Après des études aux Arts Décoratifs de Grenoble, Beaux-Arts de Marseille Luminy, puis École Boulle à Paris, j’ai repris cette passionnante quête.
J’ai décidé de m’investir professionnellement dans ma passion. J’ai dû créer mon propre métier et les connaissances acquises lors de mes études m’ont permis d’être concepteur, designer, réalisateur, décorateur et peintre de mes intentions concernant ces architectures colorées et célestes.

J’ai dû m’appliquer à créer mes propres codes graphiques et plastiques. Toutes mes recherches devaient inclure les différentes distances de lecture. J’ai dû inventorier toutes propositions et noter la permanence ou l’usure de compréhension en fonction de la mise en échelle de mes envols.

« Le Ciel Pour Cimaise » est devenu ma devise.

J’ai fait ma culture d’un travail éphémère et dérisoire. J’ai découvert ensuite toute la profondeur et la sacralisation du vol par procurations développées par diverses cultures orientales. Le cerf-volant fait appel au mythe du vol, de l’évolution, du déplacement en trois dimensions.

J’ai pu mettre en place dans l’espace de véritables accrochages.

Toujours passionné, je m’attache à construire mon travail de galerie, autour de cette captation du vent, de l’espace et de la couleur.
michel.gressier@le-ciel-pour-cimaise.com
www.le-ciel-pour-cimaise.com

1 :Biographie:10700305_737505529659107_4658242588287675301_o

Michel Gressier
Artiste-Peintre, graveur, plasticien du Vent.
Vit et travaille à Tours.

Formation
Arts Décoratifs, Grenoble,
Beaux-Arts, Marseille Luminy,
École Boulle, Paris.

Expositions Personnelles récentes
Des Ailes sous le Toit ArtothèqueCVL CDI Lycée Descartes – TOURS 37 26 janvier – 25 février 2012

De Vent & de minéral Atelier Paul Dardé – St MAURICE NAVACELLES 34 16 septembre – 20 oct. 2011
Ca ne Manque Pas d’Air La Prévôté – St AIGNAN SUR CHER 41 1er au 19 juin 2011

D’Ailes & d’Eau Galerie & Passage Chabrier – St PIERRE DES CORPS 37 23 février au 27 mars 2010
D’Équilibre & de Mouvements Carroi des Arts – MONTLOUIS /LOIRE 37 20 avril au 2 mai 2010

EXPOSITIONS PERMANENTES :
World Kite Museum LONG BEACH, WA., USA.
Galerie AUNKAN OSAKA, Japon.
Présent dans collection :
WORLD KITE MUSEUM, WA, USA.
HOKAICHI MUSEUM, JAPON.
ADMENABAD MUSEUM, INDE.
Résidences d’artistes :

Atelier Paul Dardé St Maurice Navacelles 34 septembre à novembre 2011
Université François Rabelais TOURS 37 octobre 2002 à juin 2003
Manifeste de l’Art Volant Fondation Miro, Palma de Majorque, Espagne juin 1995
Les Artistes du Vent Les Arts au Soleil, Citadelle Château d’Oléron Juin 1992

Contacts :
48 avenue A. Maginot
37100 TOURS

+33 2 47 517 507
arts.kites@le-ciel-pour-cimaise.com

2 : Les 3 dates qui ont marqué ta vie de cerf-voliste.
– Le premier envol ou j’ai réussi à séduire et à faire se lever les regards sur mes créations.
– Lorsque j’ai réussi à faire tourner mon premier « Bol ». Il y a 28 ans
– Un moment partagé de complicité cet été avec mon fils Cosme à Notre Dame de Monts
3 :Parle-nous un peu de tes voyages et festivals qui te tiennent à cœur.1512174_420545631411252_1928741545_o
Tous les festivals lointains sont profitables pour rencontrer d’autres réalisateurs, d’autres cultures et d’autres traditions. J’en reviens enrichi de nouveaux projets.
Le festival que je préfère c’est Dieppe. J’étais encore étudiant pour ma première édition. J’y participe toujours avec bonheur. J’ai une équipe d’amis complices fidèles qui me permettent toujours de me réaliser.
Ma deuxième préférence va à une rencontre : Fanoe au Danemark. Météo parfois dure mais grands espaces et rencontres de tous mes amis cervolistes. C’est aussi le lieu du Mega Bowl Meeting qui est pour moi toujours aussi magique.
4 : Explique-nous la création d’un de tes cerfs-volants.10661662_10204000978258394_2685665302649396717_o
Toujours une envie croisée entre une de mes précédentes réalisations et aussi l’observation d’autres productions volantes. Constamment une maquette ayant pour base la largeur du tissu employé et les longueurs des carbones utilisés. Par pliage, pour les proportions et pour minimiser la découpe et les chutes de spi.
La maquette est très vite mise en couleur. La fabrication est souvent multiple, à différentes échelles car j’aime faire voler en groupe.
5 : Tu appliques ton art sur tes cerfs- volants mais comment cela tes venu à l’idée ?
Ma présence dans l’univers du cerf-volant est venue de l’envie de faire voler mes peintures.
J’ai ressenti la nécessité d’éloigner mes toiles pour en saisir la permanence ou la fugacité des graphismes, des contrastes et des harmonies colorées.
6 : Tu fabriques souvent de grosses pièces uniques du style de tes fameux bols ou 285038_526496274043188_199730540_nplumes, combien il y a d’heures de travail pour une belle pièce comme cela ?
Les pièces sont uniques mais souvent débutées en petite série. La peinture est réalisée en plusieurs phases. Je peins souvent les fonds avant découpe. Je travaille les motifs sur la toile assemblée. J’ajoute les ombres et les lumières ensuite. Je bride assez tôt pour pouvoir reprendre en atelier pour finaliser. J’aime faire ceci aussi sur les terrains et faire voler pas encore sec, me séduit toujours.
Les temps de fabrication sont très variables. Passer 6 semaines pour un bol ou une couronne ne me pèse pas. Certaines pièces sont découpées et « dorment » dans l’atelier plusieurs mois ou années. C’est le temps de la maturation.
7 : Tu exposes dans les villes maintenant, pense-tu que l’on pourra voir ton art ailleurs ?971634_10201330640610363_501188701_n
J’ai toujours mené des réalisations tel que peintures, sculptures, velums et pavois. Je participe régulièrement à des expositions de groupe. Je m’implique aussi dans des projets personnels ou en résidence, je monte des projets associant mes créations, mes cerfs-volants en intégrant mes animations d’ateliers ou d’envols festifs.
8 :L’atelier de Tours est la base je dirai mais la boutique d’Oléron est devenu un repère de cerf-voliste passent par là-bas.
L’atelier est toujours ouvert. J’ai toujours de bonnes visites et de nombreux cervolistes entrés comme clients, sont devenus des complices et de sincères amis. Je n’aurai pas pu aboutir certaines de mes créations sans leur aide. Je pense que ce sont mes meilleurs critiques.
J’accepte souvent progressivement leurs remarques. La boutique d’Oléron, estivale est aussi devenu un lieu de rencontres grâce à l’espace d’envol sur le port.11850510_974597925940396_659943432515877454_o
9 :L’été sur Oléron tu aimes beaucoup voler en team 2 lignes, mais pourquoi ne pas aller plus loin ?
Le temps, toujours le temps…. Tu sais je me fais bien plaisir aussi avec 4 lignes.
Partagé entre mes envols, les mises en main pour mes clients, les commandes et la gestion de la boutique et de nouveaux projets……..
La venue de bons cervolistes sur mon site est toujours profitable. J’aime à voir progresser mes amis et voir de nouvelles complicités se mettre en place.
J’ai aussi beaucoup appris de ces rencontres. Cela m’amuse régulièrement de croiser des vieux « initiés » et d’avoir pour clients maintenant leurs enfants et même petits enfants.
Je continuerai toujours tant que la passion me portera.
10 : Comment voies-tu l’avenir du cerf-volant en général?
Je pense qu’il y a encore beaucoup à créer.
La mode grand public est peut-être derrière nous. Les pratiquants sont plus « spécialistes ».
Je m’inquiète juste de la non-venue d’une nouvelle génération de jeunes cervolistes autant créateurs que excellents pilotes sur les festivals.
Je viens de terminer aussi la peinture d’une grande aile Ozone pour le nouveau spectacle du plus grand cirque du Monde, ceci piloté par un jeune cervoliste que j’ai connu adolescent et qui est maintenant un artiste professionnel compétent que j’admire.
Je n’aurai jamais pû imaginer une telle évolution.
A nous de rêver de nouvelles évolutions.

10668859_10152692415983349_3614535056587406448_o

 

Quelques textes qui concerne la passion et les productions de Michel Gressier.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *