Les questions au juge Andrew Taylor (FR/EN)

English version

Hi, first of all thank you for taking time to answer to our questions.

 

Let’s start with the beginning : who are you, where are you coming from ?

I’m Andrew Taylor from UK

 

For how many years have you been in the universe of kite and what was your journey ?

I flew kites as a child,  but became interested again in the early 1980’s and built a few single-line kites but I was more intrested in fishing at that time. In 1998 I went to the Portsmouth International Kite Festival. This was the first time I’d seen sportkite teams performing. I wanted to try for myself.  I bought my first « serious » sportkite and got involved in competitions and flew for a while with a team that included Richard Pellew and David Morley who subsequently became founder memebers of the Scratch Bunnies.

In early 2002 I had to have some surgery which meant I was unable to join in team practices for a while.  While I was recuperating, someone suggested I should try judging.  I shadow-judged at several competitions in the UK until our national Head Judge decided I was competent to judge.  To gain more experience, I travelled to competitions in France where I was able to be a guest judge alongside the likes of Hans Jansen op de Haar and Patrice Prevost and was also able to have memorable conversations with leading team flyers, Thierry Helaine, Yasu Numata and others.  As a new judge, I learned a lot from them and their insights were very helpful. A little while later I was invited  to judge Eurocup, where I first met Richard Quiros who encouraged me to be to more courageous and confident.  John Mitchell was SIEC International Head Judge at the time and provided more insights.  Meanwhile I’d become National Head Judge for STACK UK when Tom ‘TC’ Cartwright decided to retire from judging.

In 2006 John Mitchell asked me to join the judging panel for WSKC which was an amazing experience and a great honour for me.  Later the same year, when John wanted to step down as International Head Judge he asked me to take over.   Working with John over the course of several competitions had been good experience although I still felt very raw and inexperienced at the time.

Two years later later I was surprised to be contacted by David Gomberg who asked if I’d be able to take on the role of Chief Judge for WSKC.  I didn’t  expect to judge WSKC twice, or to become Chief Judge but it was an opportunity I didn’t want to miss.  Perhaps being able to speak a little French was helpful.  At WSKC 2008 I worked, for the first time with Seiji Kato from Japan.  Later when Kato-san was engaged as Chief judge for the first Bintulu Cup Competition in Sarawak, Malaysia, he invited me to join the panel there and started what has become one of the most rewarding relationships of my kite-flying career.

I’ve now judged WSKC 6 times, 5 of those as Chief Judge.  I’ve also judged every European championship since 2008.  I think I’ve seen a whole generation of great flyers and have been very fortunate to work with and learn from some great Judges, Field Directors and Scorers.  I’m still learning !

 

What does it mean for you to become a judge ?

Its a great honour to become a judge.  It’s also an awesome responsibility.  It means that flyers who are investing time, time, effort and money in their chosen sport are relying on you to assess their performance fairly.

 

What’s your role in a competition ?

As Chief Judge it’s mostly been my responsibility to oversee the competition, to ensure that it’s run fairly, to select the best available people as judges and field directors and to support and encourage them in their tasks.  Sometimes flyers ask for feedback and when that happens,  you have to be both honest and constructive.  As judges, we always want everyone to perform well, but as a judge you sometimes see things, even with experienced flyers, that they may not realise themselves.  Then it’s just a case of having a quiet word with the flyer.  I remember one time, judging with Hans; the competitor we were watching was wearing a Carl Robertshaw « capuchon » and was obviously capable but the figures were strangely out of proportion.  After the competition, Hans went over and said to him, ‘Try flying with your hood down, it distorts your spatial awareness when you restict your field of vision’ !

 

Several new formats are appearing beside the stack format ? What do you think about these new formats ?

I think you mean the more trick-oriented formats ?  I welcome them, but I worry that they can maybe encourage people to believe they can run before they can walk.  Almost all the top freestyle flyers, like Richard Debray, Chris Goff, Samuel Roger learned their craft, the basic skills, and the concept of choreography through IRBC competition.  I think many of those who practice trick-flying would find it more rewarding and achieve better results if they spent some time working within the discipline that IRBC competition could teach them.

 

2018 is coming fast. What are your projects and where could we see you judging ?

For 2018, I’ll hope to be at WSKC XI in Berck but it’s Lisa Willoughby who’ll be taking the Chief judge role.  Borneo International Kite Festival have plans for a different kind of competition in 2018 so I’m doing some work towards that.  Also I’ll hope to be in Daishan China in October.  Over the years, its been a great honour for me to be invited as a guest judge to the French National Championships several times so I hope that will continue post Brexit!!  French flyers are among the best in the world so it’s a treat to see good quality competition across all the disciplines.

 

One last small question. For those who are afraid of taking part in competitions, what could you tell them to make the step?

Join a club where there are experienced flyers who can offer help and may be able to lend equipment  until you feel ready to buy your own.  Spend some time practicing.  Get a friend to video your practice so you can see and judge your own performance.   All of us started somewhere and we all remember that first experience, so you’ll find other flyers are very supportive.

Thank again for the time you spent for these answers. It’s thanks to you all that AK exists.

 

Damien CHAPERON

 

 

 

Bonjour, merci avant tout de prendre le temps de répondre à nos questions.

Tout d’abord commençons par le début, qui es-tu, d’où viens-tu ?

Je suis Andrew Taylor, du Royaume-Uni.

Depuis combien d’années es- tu dans l’univers du CV et quel a été ton parcours ?

Je volais déjà quand j’étais encore un enfant. Dans les années ’80 je m’y suis remis et j’ai construit quelques cv monofils mais à cette époque, je m’interessais plus à la pêche. En 1998 j’allais au festival de Portsmouth. C’était la première fois que j’ai vu des cerf-volants pilotables et j’ai voulu essayer ça. J’ai donc acheté mon premier ‘vrai’ cerf-volant pilotable et un peu plus tard je me retrouvais en compétition avec Richard Pellew et David Morley qui sont devenus des membres fondateurs des Scratsch Bunnies.

En 2002 je me suis fait opérer et, pendant une période, je n’étais pas capable de voler. Pendant le rétablissement quelqu’un me proposait de devenir juge. J’ai été juge d’ombre pendant plusieurs compétitions au Royaume-Uni jusqu’a ce que le chef juge décidait que j’étais capable de juger. Afin d’avoir plus d’expérience, j’ai voyagé aux compétitions en France où je jugeais avec Hans Jansen op de Haar et Patrice Prevost. J’ai également connu des discussions mémorables avec des cervolistes comme Thierry Helaine, Yasu Numata et beaucoup d’autres. Comme nouveau juge, j’ai appris beaucoup de ces personnes et leurs points de vue m’ont beaucoup aidé.
Un peu plus tard j’ai été invité à l’Eurocup où j’ai rencontré Richard Quiros qui m’a encouragé à être plus courageux et avoir plus de courage. John Mitchel était International Head Judge et m’a également beaucoup appris. Quand j’étais Chef Juge au Royaume Uni, Tom ‘TC’ Cartwright a pris sa retraite comme juge.

En 2006 John Mitchell me demandait de juger au WSKC (World Sports Kite Championships), ce qui était un grand honneur pour moi. Quelques mois plus tard, John voulait prendre sa retraite comme « Chef Juge International », il m’a demandé d’assurer l’avenir. Malgré l’expérience que j’avais, je ne me sentais pas trop à l’aise.

C’était donc une grande surprise pour moi d’avoir eu la question de David Gomber d’être Chef Juges au WSKC une nouvelle fois. Je ne m’y attendais pas du tout mais c’était une occasion que je ne voulais pas rater. (Ce qui m’a aidé aussi c’était le fait que je parlais un peu de français). Pendant le WSKC en 2008, j’ai travaillé avec Seiji Kato du Japon. Plus tard, quand Kato-san était chef juge à Bintulu (Malaisie), il m’a invité à rejoindre son équipe. C’était le début d’une relation exceptionelle dans ma carrière « cervolistique ».

Maintenant, j’ai jugé 6 WSKC (dont 5 comme chef juge), j’ai également jugé chaque Eurocup depuis 2008. J’ai connu toute une génération de cervolistes et j’ai eu l’occasion de travailler avec beaucoup de juges. J’aprrend encore chaque jour !

Devenir juges sa représente quoi pour toi ?

C’est un grand honneur de juger. C’est également une énorme responsabilité. Cela veut dire que les cervolistes investissent beaucoup de temps, beaucoup d’efforts et de l’argent dans un sport et qu’ils comptent sur toi pour juger correctement.

 

 

Quel est ton rôle dans une compétitions ?

La responsabilité de chef juge a surtout eu lieu pendant des compétitions « outre mer » pour moi. Afin d’assurer une compétition honnête, de sélectionner des gens comme juges et directeurs de terrain et de les encourager dans leur travail. Parfois, les cervolistes demandent des retours sur leurs performances, il est très important d’être honnête et constructif.
Comme juges, nous voulons toujours que tout le monde fasse une belle performance, mais parfois, on voit aussi que même les cervolistes expérimentés ne sont pas toujours au niveau qu’on les attend. A ce moment, c’est très important de discuter avec le pilote.

Je me souviens d’une compétition, je jugeais avec Hans, un compétiteur portait un capuchon « Carl Robertshaw ». On savait de quoi il était capable mais les figures étaient vraiment mal effectués. Après la compétition, Hans a été le voir et il lui a dit de voler sans capuche, cela influence le regard et cela diminue énormément le champ de vision.

Aujourd’hui plusieurs formats se mette en place en plus du format classique STACK quelle regarde tu portes sur ses nouveaux formats ?

Je pense que vous parlez des formats « free » ? J’en suis ravi mais je crains aussi que cela va faire croire aux pilotes qu’ils sont capable de courir avant de marcher. Quasiment tous les grands pilotes, comme Richard Debray, Chris Goff, Samuel Roger, …ils sont tous passé par la précision. Je pense que beaucoup de pilotes vont atteindre de meilleurs résultats s’ils travaillent leur précision avec la même discipline que l’IRBC.

2018 arrive à grand pas quelle sont tes projets et ou Pourrat on te voir juger ?

En 2018, j’espère juger au WSKC à Berck une nouvelle fois. Cette année, ce sera Lisa Willoughby que sera chef juge. Le festival de Bornéo voudrait également organiser une compétition. Je vais travailler sur ce projet aussi. J’espère également être à Daishan en Chine (en octobre). Depuis toutes les années, j’ai toujours eu le plaisir d’être invité aux championnats de France et j’espère que cela continuera (même après le Brexit). Les pilotes français sont parmi les meilleurs pilotes du monde, donc c’est toujours un régal de les voir voler en compétition (sur plusieurs formats).

Aller une petite dernière, pour ceux et celle qui n’ose pas se confronter a des compétitions et des juges que pourrait tu leurs dire pour qu’ils franchissent le cap ?

Essayez de vous adhérer à un club avec des cervolistes expérimentés. Ils peuvent t’aider et te prêter du matériel jusqu’à ce que tu te sens prêt pour en acheter toi-même. Passez du temps sur les terrains de vol, essai de te faire filmer pendant que tu voles et tu pourras juger ta performance. Tous les pilotes ont commencé quelque part donc tu trouveras beaucoup de cervolistes qui t’aideront.

 

Merci encore du temps passer pour ses réponses c’est grâce à vous tous que Addict Kite le mag existe.

 

Damien Chaperon pour Addict Kite le Mag en collaboration avec  Stephan Fiers pour la traduction en Français 😉

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :