Le Snow Kite Masters vu par Charlotte

Bonjour à tous,

Aujourd’hui nous sommes allés à la rencontre de notre amie Charlotte Martin car nous sommes tombés sur ses photos de l’Alpe d’Huez ou elle a passé une  semaine consacrée aux gros cerfs-volants monofils dans un lieu où personne ne les attend.

Charlotte nous livre là un très joli retour au style féminin qui est agréable à lire avec un panel de photos superbes qui nous laissent rêveurs en ce mois de février.

Merci Charlotte Martin d’avoir pris le temps de nous raconter ton expérience de l’Alpe d’Huez.

L’équipe d’Addict Kite le Mag.

Salut à tous les Addicts ! 

 

De retour de L’Alpe d’Huez,  je profite de cet instant de calme pour vous écrire un petit mot sur notre semaine inattendue !

Une situation particulière et atypique, en parallèle du Snow Kite Masters.

Notre objectif premier étant de décorer le ciel de l’Alpe d’Huez où le spot de la compétition de snow se situe à une hauteur de 2300 m.

 

Quelle excitation mutuelle de faire voler nos nombreuses structures dans un lieu aussi inattendu et insolite que la montagne, blanche et belle ce mois de Janvier. Depuis 40 ans, il n’y a pas eu autant de neige. L’an passé les organisateurs du SKM, à la même période, déposaient les riders en 4×4. Cette année, c’était plutôt remontées mécaniques, moto neige ou dameuse.

Depuis St Placide, au Québec, nous n’avions pas été confrontés aux conditions difficiles du froid, de l’altitude et du vent capricieux dans un site hors du commun comme l’Alpe d’Huez. Nous sommes arrivés en fin de semaine, avec une partie de l’équipe : Eric, Roger, Sylvie et moi. « Ready » et hyper motivés pour commencer dès le lendemain matin.

Le vendredi, montée du matos sur le spot, à 2300 m, en moto-neige, dans un épais brouillard, sous la neige, un vrai jour blanc ! Le samedi, dès notre réveil, la station était couverte de neige, 80cm ! Malheureusement, la tempête de neige annoncée ne nous permettait ni l’anticipation du terrain ni l’organisation du SKM.

La déception fut grande car le dimanche et lundi furent identiques. La neige a envahi la station et le brouillard épais nous empêchait de monter sur notre futur lieu de vol.

Nous avons dû patienter jusqu’au mardi matin pour enfin gravir le col et apercevoir ce fameux spot que l’on attendait tant !

À l’arrivée, le paysage est à couper le souffle !

Un site magnifique nous tend les bras.  L’ensemble des pistes de fond bloquées pour l’événement, et une remontée mécanique dédiée aux riders, grand luxe ! Notre motivation est grandissante et l’envie de sortir nos jouets des sacs est difficile à contenir.

Entourés de montagne et de neige, les riders se préparent pour la compète.  La sono anime la journée et nous préparons le matériel pour commencer à voler.

Les conditions météo seront difficiles les quatre jours durant.
Pas ou peu de vent et le froid nous titille le bout des pieds et les mains malgré notre équipement adéquat.

Le jeudi fut notre meilleure journée avec un vent instable de 35 à 60km/h.

Notre empressement à voler est immense. Dès 9h, on s’organise pour remplir les « big bags » de neige et installer nos plaques d’ancrage à 80cm de profondeur. Quand t’as fini, t’as plus froid du tout.

 

Le vent souffle fort !  Nous bataillons avec lui mais réussissons à mettre la pieuvre grise de 37 m de long puis d’autres plus petites (20m) suivent sur la ligne. Le vent fort, qui monte de la station, venant du sud-est, est toutefois assez stable en forcissant.

Nous sortons le maximum de monofils avec grande excitation et une énergie à toute épreuve. RedBull oblige.

Nous ne maîtrisions pas les conditions ! Il nous faut être réactifs et rapides car le temps nous est compté pour shooter le maximum d’images. La météo annonce un ciel couvert, un vent encore plus violent, et l’organisateur souhaite absolument de belles images.

Nous terminons et clôturons la journée par le dragon ! Encore une demande que Roger se fait un grand plaisir d’honorer. C’est très sportif, un grand Dragon à 40km/h (merci Roger).
Le tableau est magnifique entre neige et montagne.

Les grosses structures dansent dans le vent.

Je suis émue par les couleurs,  les formes dans ce milieu si exceptionnel et naturel. Et pour moi l’apprentissage du cerf-volant dans un environnement différent que le sable et la mer.

« La magie de la montagne » opère et l’atmosphère y est inhabituelle.

Les riders un peu distants et amusés au départ vis à vis des cerfs-volants sont finalement bluffés par la beauté des grosses bébêtes, gracieuses et aériennes dans ce ciel bleu de l’Alpe d’Huez. Et surtout par la pression que développent nos jouets pour les grands enfants que nous restons.

Le soir vers 17h00 la compétition de snow s’arrête.  Nous devons ranger le matériel à l’abri dans une cabane en haut du spot.

Je garderai en tête des images uniques de cet endroit !
Le cerf-volant c’est ça finalement, allier la magie à l’environnement dans des conditions différentes. Sable, plaine ou montagne !…..
Le plaisir reste entier, toujours au rendez-vous, quel qu’en soit l’endroit…..

 

Notre passion pour le cerf-volant est grandissante année après année, festival après festival.
Merci à tous de faire vivre et partager notre passion.

Merci Charlotte Martin

L’équipe d’Addict Kite le Mag.

 

 

 

Voici les photos de Charlotte Martin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :