Start’Air au Team Masters Show 2019

Nom de la  team : START’AIR

Nom des pilotes : Maxime Desavoye, Alexandre Ziegler, Frederic Debressy, Benoît Flament

Lieux de vol : Amiens, Berck, Epinal, Rodez, Gisors, etc…

Cerfs-volants utilisés : Fury, Genius.

Partenaires/Sponsors : CVC Jules Verne

Vous allez participer au Team Masters Show, comment avez-vous appris la nouvelle ? 

Nous avons appris la nouvelle par Roger Tessa-Gambassi via un réseau social bien connu.

Est-ce votre première participation ?

Ce sera notre 2ème participation.

Si non, quels souvenirs gardez-vous de votre dernière participation ?

Un bon souvenir, car le temps était de la partie, un beau plateau coté teams, un terrain un peu juste pour faire évoluer les équipes au mieux de leurs performances, mais c’est une volonté de l’organisateur pour le show et la proximité avec le public.

Pouvez-vous nous détailler le matériel qu’il vous faudra pour la compétition ?

Rien de bien extraordinaire, ¼ de cerfs-volants (environ 5 par pilotes), ¼ de lignes, ¼ de musique, ¼ de mémoire, ¼ de vent.

Je sais ça fait 5 ¼ mais on s’en fout, on est cerfs-volistes, pas pâtissiers. 

Comment vous êtes-vous préparés à cet événement (fréquences d’entraînements…) ?

Aucune préparation particulière, pour une raison simple, les Masters tombent souvent dans la période creuse pour les teams.

La WSKC précédente est passée depuis plus d’un an et la suivante n’est pas avant l’année prochaine, donc les équipes sont souvent entre 2 eaux à cette période, ancien ballet, début de réflexion pour le suivant.

Concernant les entraînements, étant éloignés les uns des autres dans notre équipe, nous nous sommes vus 2 fois depuis le début d’année (Berck RICV et Championnat de France).

Il y a de très bonnes teams mondialement reconnues, mais aussi des moins connues, qui pourraient peut-être créer la surprise, cela ne vous impressionne-t-il pas ?

Nous n’avons pas connaissance du plateau 2019 de la compétition en avance. 

Sur le sujet, je pense que Addict Kite en sait plus que nous, nous découvrons d’ailleurs les équipes au fil des parutions.

Il est donc difficile de dire si cela nous impressionne sur le papier, nous verrons sûrement de beaux ballets et c’est bien ça le principal.

Vos ballets sont calés depuis un moment mais allons-nous avoir quelques surprises ?

L’équipe dispose actuellement de 4 ballets en production, c’est déjà pas mal, peu d’équipes disposent de cela.

Je ne sais pas ce qu’il faut comprendre par calés depuis un « moment ». Nous changeons régulièrement de musique et de ballet.

C’est d’ailleurs depuis peu une quasi obligation pour la WSKC. 

Nous espérons juste que ce type de règles ne va pas décourager les teams plus jeunes, car la construction d’un ballet est longue. On ne change pas de ballet en team comme en individuel, le travail est beaucoup plus complexe.  Il ne faudrait pas que le besoin perpétuel de nouveauté ait l’effet inverse de celui recherché, appauvrisse notre pratique et fasse jeter l’éponge aux équipes.

Le monde du 2 lignes semble avoir un nouveau souffle, pensez-vous que ce type de compétition qui attend le public à Narbonne-Plage peut aider la discipline et fédérer de nouveaux pratiquants ?

Nous n’avons pas senti un élan particulier sur le 2 lignes plus fort ces dernières années, le cerf-volant semble avoir trouvé son rythme de croisière, sauf peut-être en Amérique du sud avec des teams 2 lignes ; peut-être en 4 lignes où beaucoup d’équipes voient le jour en Europe. 

Le problème n’est pas tellement de proposer des démonstrations sur les festivals mais de pouvoir mettre le pied à l’étrier du public qui a envie de descendre sur la plage et essayer mais qui n’ose pas le faire. 

En la matière, il y a encore du progrès à faire, même si de très bonnes initiatives voient le jour, comme aux RICV avec une école de pilotage soutenue par la FFVL depuis 2 ans. Narbonne souffre peut-être d’un manque de place pour proposer le même type d’école de pilotage ? je n’ai pas la réponse.

Narbonne-Plage, dans le sud de la France vous accueille, pouvez-vous nous dire ce que vous pensez du format qui n’est pas le format classique et si vous aviez un petit truc à dire à l’organisation du Team Masters Show, ce serait quoi ?

Cela reste un format en dehors des règles compétitions IRBC. C’est un peu comme un criterium d’après tour de France ou une exhibition de ski freestyle, ou autre chose… 

C’est un vrai plaisir d’être là, mais je ne pense pas que les équipes apportent une importance démesurée au titre de cette compétition en regard d’une coupe d’Europe ou d’un championnat du monde WSKC. 

Néanmoins, elle est importante et permet de tester de nouvelles formules de formats, d’impliquer des teams qui ne seraient pas venues, de mixer des teams expérimentées et des teams débutantes et d’échanger.

C’est un SHOW, il faut garder cela à l’esprit, c’est la volonté de l’organisateur, le résultat importe peu au final, l’important c’est de voler et de faire rêver le public.

Il semblerait que cette année, de nombreuses pilotes féminines voleront en compétition. Pensez-vous que les femmes ont une approche différente du vol et de la construction chorégraphique ?

Oui, effectivement, nous voyons de plus en plus de femmes dans les équipes ces derniers temps, avec même des équipes 100% féminines (Mademoiz’Ailes, Valkyries). 

Je dirais plutôt que c’est un phénomène de renouveau car historiquement il y a toujours eu des femmes dans les équipes de cerfs-volants, Marion chez Lung-Ta, Cathy chez O4, Laurence chez Air de Rien, idem chez Crazy Diamond même des championnes du monde avec Jeannette dans SkyDance et j’en oublie beaucoup d’autres, désolé mesdames…Notre sport a toujours été mixte et en avance sur son temps à ce niveau là.

Leurs sensibilités sont forcements différentes de celles des hommes et c’est très bien, cela va permettre d’amener probablement des approches nouvelles dans les choix musicaux et l’écriture des ballets.

Que pouvons-nous vous souhaiter pour ce nouveau grand rendez-vous des teams ?

Du vent, mais pas trop !

Du soleil, mais pas trop !

De la chaleur, mais pas trop !

Par contre beaucoup de plaisir à voler avec et pour les autres.

 

Benoit Flament

Damien

Bonjour à tous. Certains me connaissent peu finalement, toujours passionné par le cerf-volant, je vole libre comme l’air et je partage ma passion avec vous. Un vrai bonheur de faire vivre Addict Kite le Mag avec Benbboy et les autres. J’en profite pour remercier tous les acteurs qui m’ont aidé à faire ce que Addict Kite est devenu. Vraiment merci. Je vous retrouverai sûrement sur les terrains de NDDM, Chatelaillon, Penvins et pourquoi pas d’autres. Addict Kite est une aventure humaine extraordinaire. Je ne pensais pas que le petit blog dépasserait les frontières aujourd’hui. Si vous passez par mon champ de patates, n’hésitez pas surtout. Comme je le dis souvent en MP “bon vol à tous”.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :