Start’Air : Success story chapitre 2

Salut les addicts,

Voici la deuxième partie de l’interview de l’équipe Start’Air à lire sans modération, à suivre comme un roman!

Aujourd’hui, nous découvrons leur vision sur l’évolution de notre sport.

L’Équipe d’Addict Kite

Comment trouvez-vous que le cerf-volant de sport a évolué ces dernières années ? Le freestyle a-t-il tué la précision ? Le nombre de pilotes et de compétiteurs a-t-il baissé ? Le quatre ligne a-t-il mangé le deux lignes … ?

Start’air en vol

Le cerf-volant évolue… en bien, en mal, chacun fera son choix, mais il est toujours là et c’est bien ça le principal.

Nous fréquentons pour certains d’entre nous les terrains de compétition depuis plus de 23 ans, alors nous pourrions dire que « c’était mieux avant » mais très sincèrement, un certain nombre d’événements sont vraiment sympas. Les RICV de Berck restent une référence mais d’autres événements tirent leur épingle du jeu.

Les événements fédéraux peinent un peu à se moderniser, surtout sur la forme, mais cela arrive doucement. Côté règlement, là aussi cela évolue doucement mais il faut faire attention à ce que l’on fait, aux causes et conséquences de chacune des décisions fédérales et/ou IRBC car notre sport est fragile et nous sommes peu nombreux. Une mauvaise décision peut vite avoir un impact sur la motivation des pilotes ou équipes ou générer un manque d’équité sportive.

Pour en revenir à la question, est-ce que le freestyle a tué la précision ?

Si on analyse par exemple les résultats des compétitions d’aujourd’hui, on se rend compte que pour être bien noté, certes il faut être capable de rentrer des tricks mais il faut aussi et avant tout maîtriser les bases : voler droit, maîtriser sa vitesse, occuper la fenêtre de vol…

On se rend même compte que cette année, aucune compétition type « Tricksparty » n’a eu lieu en France et effectivement, les pilotes qui ont commencé par ce type de compétitions purement freestyle sont parfois à la peine sur les formats plus classiques qui restent la référence.

Start'air en vol
Start’air en vol

À contrario, les compétitions type battles freestyle ou contest en mode tournoi sont à notre avis bien plus adaptées au vol « fou » du freestyle. En plus c’est facile à organiser et aucune préparation n’est nécessaire côté pilote. Comme nous a dit un jour un « G.O. » de festival, « les pilotes sont devenus fainéants, si c’est trop compliqué ils ne font pas l’effort » et c’est sûrement ça qui a sonné le glas des TricksParty. Le format est devenu trop lourd.

Un dernier point important, il est à notre avis important d’essayer de ne pas multiplier les formats à l’infini. Aujourd’hui, avec les 3 ou 4 formats existants, c’est déjà presque trop et nous devons tous (cerfs-volistes et organisation de tous les pays) essayer de tendre vers les mêmes formats. Cela va rendre notre sport plus lisible, faciliter les compétitions internationales et forcement amener de la visibilité sur notre activité.

Le quatre-lignes :

On constate en ce moment une explosion du nombre de pilotes en 4 lignes.

Déjà pour répondre à la question : NON le 4 lignes n’a et ne va pas manger le 2 lignes. Nous pratiquons nous même le 4 lignes dans l’équipe à différents niveaux : Maxime et Benoit en paire ont été champions de France et d’Europe en paire 4 lignes et Benoît vice-champion de France 4 lignes, donc ce n’est pas une discipline inconnue pour nous.

Côté team, il y en a maintenant un certain nombre qui existent en 4 lignes. Leurs démonstrations sont toujours impressionnantes mais nous constatons que beaucoup de pilotes « s’enferment » dans le 4 lignes.

Après tout, pourquoi pas si c’est leur choix, chacun vole avec les cerfs-volants qu’il aime mais si nous parlons démonstration ou ballet, il faut reconnaître que les ballets 4 lignes manquent souvent de dynamisme par rapport aux ballets 2 lignes à quelques exceptions près (comme Flying Squad par exemple).

Cela est probablement lié aux spécificités du 4 lignes avec un vol stationnaire. On remarque aussi que beaucoup d’équipes volent principalement en marche avant alors que le 4 lignes ouvre justement le champ des possibles en terme de direction de vol.

Côté compétition, il n’y a encore jamais eu de grande compétition 4 lignes (sauf Dieppe 1998).

Certains organisateurs essaient de monter cela mais les équipes et les pilotes ne suivent pas. C’est dommage car la compétition reste le meilleur moyen de progresser et faire évoluer les figures, créer de nouveaux styles de vol, etc…

effe42

Bonjour à tous. Je suis Fabien Cognet. Les plus anciens se rappelleront peut-être de moi car j’étais bien présent sur les terrains de 1994 à 1998 lorsque j’habitais à Paris. Après un déménagement à Saint-Étienne j’ai presque totalement arrêté de pratiquer faute de terrain. Depuis quelques temps j’ai repris le chemin des festivals du sud principalement. Je participe régulièrement à addict kite, le plus souvent comme correcteur et parfois comme rédacteur ou traducteur d’articles. Ce magazine en ligne comble un manque dans le paysage des cerfs-volistes. À Bientôt sur AK ou sur les terrains. Fabien

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :