Interview de David Morley pilote 2lignes ENG/FRA

English version

Hello David can you introduce yourself?

Hello, I’m David Morley, 40 years old, originally from England but now living in Normandy. Team leader and founding member of the Scratch Bunnies, now flying demonstrations with the French team Cerfs-volants Folie. Also I’m a member of the International Rule Book Committee (IRBC).

How long have you flown duel-line kites?

I’ve flown kites since the age of 14, so 26 years now. Also, for the majority of this time I’ve been flying in one team or another. So team flying is the discipline that I have the most experience in.

How did you get in to flying duel-line kites?

Every year on holiday my parents would buy my brother and I a cheap 2 line kite to fly on the beach. We spent most of the time untangling the lines after crashing in to one another, but we enjoyed it all the same. 

Then, one year by chance there was a kite festival near to where we were staying. We’d never seen anything like it before – the sky filled with colour. Our cheap kite broke within 5 minutes in the strong wind but fortunately we were able to buy a better one at a kite trader with the festival. 

From then on the seed was planted and when we returned home from our holiday we discovered by chance that a kite club had just started in our local area. We quickly joined and it wasn’t long after that we were having our first taste of team flying. I guess the rest is history as they say.

 

Can you give us a story from a 3 noteworthy flying sessions?

I guess the most notable “session” would be the week long session at our first World Championships at Berck Sur Mer in 2003. We originally turned down the invitation to go because we were not a serious team, but Gérard Clement the organiser insisted that we go, so in the end we did. 

We arrived at Berck with no routine, only our selected choice of music. So we locked ourselves away in our hotel and got to work on creating a routine over the first weekend. Despite not having a routine, we were relaxed – just happy to be part of the competition. We knew we had no real chance of winning, so we decided to have a much fun as we could – even taking requests from the judges for figures to put in to our routine. By not being stressed out actually payed off – we ended up getting good scores on the first day against established teams who’d made silly mistakes due to the pressure of the first day of competition. At the end of the week we finished 5th in the World! I guess this was the start of us re-thinking how to approach a competition and to break away from conventions.

Another notable session was when the team performed in Kuwait. The organisers had cleared and flattened a massive flying space in the dessert, surrounded by flood lights so you could fly all day and night if you really wanted to. We hadn’t been flying long when a sand storm closed in on the festival site. Everyone ran for cover in to the big tents that surrounded the edge of the flying area, but we decided to continue flying. It was quite a surreal experience being able to only see as far as your kite. The rest of the world blocked out in a reddish cloud. 

I heard a phrase once that there is no such thing as bad weather, just inappropriate clothing! I agree with it completely. Sometimes the best wind comes with the worst weather, so be prepared with decent gear.

The last anecdote I have for you is about our first night flying at the Dieppe festival. The Dieppe night flying show is for many the highlight of the whole week, bringing single line, duel-line, and quad-line kites all in to the main arena and all set to a soundtrack that has been specially compiled for the event. The arena isn’t big enough for everyone to fly at the same time, so a flight sequence of who is performing is carefully pre-arranged. We had been scheduled to fly in the middle of the show for a three minute slot. We prepared our kites in the dark waited for our turn. 

The field director managed to find us in the dark and told us when to take off in time with the music. We got the green light and we all took off all together to quickly discover that we had greatly underestimated the wind speed. Normally in night-flys the wind is very low and we thought we had better use an ultra-light kite. But actually the wind was reasonably strong and we were over-powered. The kites sped around the sky at great speed with large spot lights following each kite. It was difficult work, with the kites pulling so much, especially with the limited space that we had in the sky with large inflatable single line kites on either side, but we relished a challenge and enjoyed every second of it. 

We had been briefed by the field director to land on the left because there was a quad-line team with all their lines out to the right of us, but of course I completely forgot this instruction when suddenly the field director told us that our time was finished and that we had to land. I quickly told the team to land and we all sped towards the ground for a landing. About two seconds before the landing, they decided to turn off all the spot lights, so we all had to land completely blind! 

We quickly and calmly wound in our lines, clambering over all the lines that we had landed over. The field director was in a bit of a panic, but we managed to get clear just before the quad-line team had to start. I got back to my kite to discover that I had landed 1 metre away from the boundary. I imagine the noise of the four kites landing rapidly in the dark was quite a shock to the spectators just on the other side of the barrier!

Do you build or buy your kites?

I’ve been fortunate to be in a team where one of the members is a kite builder, so I’ve not had to buy a kite in a long time. For the Scratch Bunnies, Carl Robertshaw made all the kites with the assistance of Chris Goff. In Cerfs-volants Folie, Jérémie Maton has made all the kites with the assistance of the rest of the team. 

When you work closer with the kite make, generally this means you understand the kite better as you are not afraid to make adjustments and try new things. The kite never stops being developed as you are constantly seeking to get the best out of it.

Can you tell us the equipment that you use now?

At the moment I am flying the Liberty from Airone kites. I think we have about 6 different versions at the moment, all framed with Skyshark.

What advice would you give to new flyers to help them progress in our passion?

A lot of kite flyers try to learn too many things at once and they don’t master the basic skills which are the foundation of more difficult moves later on. This leads to bad habits which are hard to remove later on. To progress you must pick one specific thing and practice it until you are able to perform it consistently well, wherever and whenever you want. 

Many think that they fly just with their arms, but in fact what you are doing with your feet is just as important. So if a trick isn’t working for you, try it again whilst moving backwards, or whilst moving forwards and see if it makes a difference. The skill is identifying what you did differently when you were successful to when you failed – so only change one thing at a time!

What pleasure or sensations do you find in flying duel-line kites?

For me the pleasure comes from performing kite displays at events as part of a team. Being able to construct a routine to music and then perform it in front of a large crowd is quite an adrenaline rush. I’ve been fortunate to do just that in many countries across the world and it is always a thrill to show team flying to people that have not seen it before.

What can we wish for the future in the world of sport kites?

I wish for a rebirth of the sport – a new period of innovation that draws in new fliers. When I first started, new kites would appear each year along with new tricks to learn. There was a great sense of continuous evolution in all areas which seems to have disappeared today. 

 

Bonjour David peux-tu te présenter ?

Bonjour, je m’appelle David Morley, 40 ans, je suis originaire d’Angleterre mais maintenant j’habite en Normandie. Je suis le leader et membre fondateur de l’équipe Scratch Bunnies, actuellement je fais les démonstrations avec l’équipe française Cerfs-volants Folie. Aussi je suis un membre du comité international pour les règles des compétitions du cerf-volant (IRBC).

Depuis combien de temps fais-tu du cerf-volant 2 lignes ?

Depuis que j’avais 14 ans, cela fait donc 26 ans que je fais voler des cerfs-volants. Pendant la majorité du temps j’ai volé en équipe (2 lignes), donc c’est ma discipline principale dans laquelle j’ai beaucoup d’expérience.

Comment as-tu commencé le cerf-volant 2 lignes ?

Chaque année en vacances mes parents achetaient un petit cerf-volant pilotable pour moi et mon frère et on les faisait voler sur la plage. Nous avons pris beaucoup de temps à démêler les lignes après chaque crash, mais c’était rigolo et je l’ai adoré.

Une année par chance, il y avait un festival de cerf-volant près de là où nous étions. Nous n’avions jamais vu un spectacle comme ça avant – le ciel plein de couleur. Malheureusement, notre cerf-volant a cassé après 5 minutes dans les vents forts, mais nous en avons acheté un autre meilleur chez un vendeur spécialisé sur le festival.

Après ça la graine était plantée et quand on est rentré après les vacances, on a découvert par chance qu’il y avait un nouveau club de cerf-volant qui avait juste été créé dans notre région. Nous nous sommes inscrits vite et pas longtemps après j’ai goûté ma première session de vol en équipe. Je suppose que le reste appartient à l’histoire, comme on dit.

Peux-tu nous dire 3 anecdotes de sessions qui t’on marqué et pourquoi bien sûr ?

Je crois que la session la plus notable était la session pendant la semaine pour notre premier championnat du monde à Berck sur Mer en 2003. Au début, on a décidé de refuser notre invitation de l’organiseur Gérard Clément parce que nous n’étions pas une équipe sérieuse, mais il a insisté pour que nous participions à la compétition, donc nous y sommes allés.

Nous sommes arrivés sans routine, juste avec notre choix de musique. Donc nous sommes restés dans l’hôtel et avons bossé une routine pendant le premier week-end. Bien que nous n’ayions pas de routine, nous étions calmes – nous étions juste heureux de participer à la compétition. Nous savions que nous n’avions aucune chance de gagner, donc nous avons décidé de nous amuser le plus possible.

Avec cette attitude détendue, nous avons eu de bonnes notes le premier jour contre beaucoup d’équipes qui était hyper stressées. À la fin de la semaine on était 5ème ! Pas un podium, mais on était très content. Je crois c’était le début pour nous pour avoir une approche diffèrente pour les compétitions.

Une autre session notable c’était en le Koweït. Les organisateurs ont nettoyé et aplati un espace dans le dessert et mis de grandes lumières autour. Nous pouvions voler toute la journée et la nuit si on voulait. Nous n’avions pas volé longtemps quand une tempête de sable s’est approchée du site du festival. Tout le monde a couru vers les grandes tentes, mais nous avions décidé de rester et voler. C’était une expérience vraiment surréaliste. Nous pouvions voir seulement jusqu’à la fin des lignes. Le monde était bloqué par un nuage rougeâtre.

J’ai entendu un phrase qui dit qu’il n’existe pas de mauvais temps, seulement les vêtements inappropriés. Je suis d’accord avec ça complètement. Quelque fois le meilleur vent vient avec le pire temps, donc préparez-vous avec un equipment de qualité.

La dernière anecdote que j’ai pour vous concerne notre premier vol du nuit à Dieppe. Le vol de la nuit à Dieppe est toujours le clou de la semaine et ça fait voler les mono-fils, les deux-lignes et quatre-lignes tous ensemble sur le terrain principal avec une bande son fabriquée spécialement pour le spectacle. Le terrain n’est pas assez grand pour avoir tout le monde en vol en même temps, donc il y avait un ordre de passage pour chaque cerf-voliste. Nous étions prévus pour voler dans le milieu du spectacle pour juste trois minutes. On a préparé nos cerfs-volants et attendu pour notre tour. 

La directrice du terrain nous a trouvés dans le noir et nous a dit qu’on pouvait commencer. Nous décollâmes et nous rendîmes toute de suite compte qu’on avait choisi la mauvaise sorte de cerf-volant. Normalement le vent pour des vols de nuit est léger, donc on a décidé de voler un cerf-volant ultra-léger, mais en fait le vent n’était pas de tout calme et nous étions accablés. Nos cerfs-volants ont volé dans le ciel à grande vitesse avec les grand feux de poursuite qui suivaient chaque cerf-volant. C’était difficile, les cerfs-volants tiraient beaucoup et il n’y avait pas beaucoup despace avec les grands mono-fils gonflables de chaque côté, mais nous avons adoré le challenge et on a profité de chaque seconde.

Nous avons été informés par la directrice du terrain que nous devions poser sur le côté gauche parce qu’il y avait une équipe de quatre lignes sur la droite avec toutes leurs lignes par terre. Mais bien sur j’ai oublié cette instruction quand elle m’a dit que nous devions finir toute de suite parce que c’était la fin de nos trois minutes. J’ai rapidement donné l’ordre aux autres d’attérir immédiatement. Juste avant le moment crucial du poser, quelqu’un a décidé d’éteindre toutes les feux de recherche, donc nous devions faire le poser complètement dans le noir !

Nous avons enroulé nos lignes rapidement et tranquillement, marchant sur toutes les lignes sur lesquelles nous avions atterri. La directrice était un peu stressée mais nous avons fini juste avant le début de l’équipe de quatre-lignes. Je suis retourné à mon cerf-volant et découvert qu’il était juste un mètre intérieur de la limite du terrain. J’imagine que le bruit de quatre cerfs-volants qui posent rapidement en même temps dans le noir était un choc pour les spectateurs juste de l’autre cote de la barrière !

Tu construis ou tu achètes tes cerfs-volants ? 

J’ai eu la chance d’être dans une équipe dont un membre fabrique les cerfs-volants, donc je n’ai pas eu besoin d’acheter un cerf-volant depuis longtemps. Dans les Scratch Bunnies, Carl Robertshaw a fabriqué tous les cerfs-volants avec l’aide de Chris Goff. Dans l’équipe Cerfs-volants Folie, Jérémie Maton a fabriqué les cerfs-volants avec l’aide de l’équipe. 

Quand tu travailles avec le fabricant, en général ça veut dire que tu comprends mieux le cerf-volant parce que tu n’as pas peur de faire des changements de réglage et d’essayer les nouvelles idées de configuration. Le développement du cerf-volant ne s’arrête jamais parce que tu cherches toujours pour avoir la performance maximale.

Tu veux bien nous décrire le matériel que tu utilises actuellement ?

À présent, je vole avec le Liberty de Air-one kites. Je crois que nous avons 6 versions différentes, avec les barres de la marque Skyshark.

Quels conseils donnerais-tu à des pilotes qui se mettraient juste au cerf-volant pour qu’ils restent et progressent dans notre passion ?

Beaucoup de cerf-volistes essayent d’apprendre trop des choses en même temps et ils ne perfectionnent pas les compétences de base qui sont les fondations pour les manœuvres plus difficiles. Comme ça ils développernt de mauvaises habitudes qui sont difficiles à supprimer plus tard. Pour progresser tu dois choisir une chose spécifique et t’entrainer seulement pour ça jusqu’au moment où tu peux le faire n’importe où et n’importe quand.

Aussi, de nombreux pilotes pensent qu’ils volent seulement avec les bras mais en fait les pieds sont aussi très importants. Donc si un trick ne marche pas pour toi, réessaye-le mais recule en même temps ou avance en même temps et détermine si c’est mieux ou pas. Le secret est de changer une chose à la fois et d’identifier ce qui fait que c’est mieux.

Quels plaisirs ou sensations trouves-tu à faire du 2 lignes ?

Pour moi le plaisir est de venir à des démonstrations de cerf-volant en équipe aux festivals. Fabriquer une routine en musique avec la chorégraphie et la faire devant un public important est une expérience fantastique. J’ai eu la chance de voyager dans le monde et de montrer le cerf-volant en équipe à des gens qui n’avaient jamais vu ça avant, et c’est toujours un grand plaisir de faire ça.

Que pouvons-nous te souhaiter pour l’avenir dans ce monde de cerfs-volants ?

Je souhaite une renaissance de notre sport – une nouvelle époque d’innovation qui va encourager les nouveaux pilotes. Au début, pour moi, il y avait de nouveaux cerfs-volants et de nouveaux tricks à apprendre chaque année. Il y avait un grand sentiment d’évolution dans toutes les choses du cerf-volant, mais aujourd’hui le rythme est beaucoup plus lent, et le développement stagne. 

Donc mon abjectif va être de trouver de les nouvelles façons pour éduquer de nouveaux pilots et les aider à commencer dans notre sport. Je suis très content de voir qu’Addictkite aide dans cette domaine, et j’espère que ses articles et vidéos dans l’avenir vont encourager de nouvelles personnes à essayer notre sport. Peut-être que ces nouvelles personnes seront championnes du monde dans la futur.

Damien

Bonjour à tous. Certains me connaissent peu finalement, toujours passionné par le cerf-volant, je vole libre comme l’air et je partage ma passion avec vous. Un vrai bonheur de faire vivre Addict Kite le Mag avec Benbboy et les autres. J’en profite pour remercier tous les acteurs qui m’ont aidé à faire ce que Addict Kite est devenu. Vraiment merci. Je vous retrouverai sûrement sur les terrains de NDDM, Chatelaillon, Penvins et pourquoi pas d’autres. Addict Kite est une aventure humaine extraordinaire. Je ne pensais pas que le petit blog dépasserait les frontières aujourd’hui. Si vous passez par mon champ de patates, n’hésitez pas surtout. Comme je le dis souvent en MP “bon vol à tous”.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :